Guide pour tout savoir sur l’agroforesterie

L’agroforesterie est une méthode d’exploitation agricole qui associe arbres, plantes et animaux, souvent utilisé en permaculture. Elle peut prendre plusieurs formes, notamment les systèmes sylvo-pastoraux et sylvo-arabes.

Dans cet article, vous apprendrez ce qu’est l’agroforesterie, quels sont ses avantages, son histoire, etc. Plus important encore, vous découvrirez quelques exemples courants d’application pratique de l’agroforesterie.

Qu’est-ce que l’agroforesterie ?

Qu'est-ce que l'agroforesterie

L’agroforesterie est le mélange de la foresterie et de l’agriculture. Il s’agit d’un type de culture intercalaire où des arbres sont cultivés sur des pâturages ou parmi des cultures, comme le café, afin de procurer un certain nombre d’avantages.

Cette pratique a été testée avec succès dans certaines régions des États-Unis, ainsi qu’en Afrique subsaharienne. Aujourd’hui, la Banque mondiale estime que plus d’un milliard de personnes dans le monde utilisent des pratiques agroforestières. L’agroforesterie ne consiste pas seulement à mélanger des cultures et des arbres, mais aussi à cultiver dans des endroits tels que les lisières des forêts ou sur des terres dégradées qui, auparavant, n’auraient pas été utilisées pour l’agriculture.

Dans l’agroforesterie, les arbres sont utilisés de diverses manières qui peuvent être productives tout en aidant l’environnement. L’agroforesterie utilise souvent des plantes comme le café, le cacao, le caoutchouc et le palmier à huile. Les arbres peuvent contribuer à fournir de l’ombre pour les cultures de saison fraîche comme la laitue, offrir un abri au bétail et être transformés en bois de chauffage.

Cette méthode permet une gestion durable des forêts à long terme tout en aidant l’environnement en créant une plus grande diversité écologique, en augmentant les revenus des agriculteurs et en fournissant davantage de ressources.

Les caractéristiques agroforestières

L’agroforesterie est un système de gestion des terres qui est souvent utilisé par les agriculteurs. Il peut être mis en œuvre de nombreuses façons différentes, mais pour être considéré comme de l’agroforesterie, l’utilisation des terres par un agriculteur doit répondre à tous les critères suivants :

  • L’agroforesterie est un processus continu pour maintenir la productivité élevée, car des activités annuelles comme l’irrigation, la culture et la fertilisation sont nécessaires.
  • L’agroforesterie est un type d’écosystème que les humains ont intentionnellement conçu et que nous gérons. Contrairement à d’autres combinaisons de plantes, d’arbres et d’animaux qui se trouvent par hasard à proximité les uns des autres – comme une prairie qui pousse toute seule – l’agroforesterie nécessite une intervention humaine pour être productive.
  • Les systèmes intégrés permettent d’élever des cultures, des arbres et des animaux sur la même terre. Ceci est réalisé en combinant les trois types d’êtres vivants en un seul système. Un tel système permet d’accroître la productivité et la diversité de la production végétale.
  • L’agroforesterie souligne l’importance de l’interaction entre les cultures, les animaux et les arbres. Une synergie est créée lorsque différents aspects de l’environnement se complètent. Par exemple, les arbres fournissent un habitat à la faune et la faune, à son tour, contrôle les parasites.

Comment mettre en place un système agroforestier ?

Comment mettre en place un système agroforestier

L’agroforesterie est un terme large qui englobe de nombreuses techniques et pratiques plus petites. Les deux principales sont l’agroforesterie sylvoarable et l’agroforesterie sylvopastorale, mais je vais également aborder certaines des autres pratiques dans un instant.

Agroforesterie silvoarable

La culture en couloir est un type d’agroforesterie dans lequel les cultures sont pratiquées sous et entre les arbres. Les arbres sont généralement placés en rangées suffisamment larges pour qu’un tracteur puisse y passer sans les endommager. Il s’agit généralement de 10 à 15 mètres.

Ce large espacement entre les arbres, avec des cultures d’accompagnement entre eux, est appelé « culture en couloir« . L’agroforesterie silvoarable est possible avec la plupart des cultures. Outre les cultures pratiquées entre les rangées, les arbres peuvent produire un certain nombre de ressources précieuses.

On peut cultiver des pommes, des poires et d’autres arbres fruitiers, puis les vendre ou les transformer en produits comme le cidre. Les noisetiers, les châtaigniers et les noyers peuvent être ramassés. Les arbres à bois peuvent être utilisés pour le bois de chauffage et le combustible.

Idéalement, les rangées d’arbres doivent être alignées du nord au sud pour profiter au maximum de la lumière du soleil. Des arbustes supplémentaires et des plantes plus hautes peuvent être plantés à côté des arbres. Des conifères peuvent également être placés entre les rangées d’arbres pour aider à former les arbres de culture à pousser droit, et sont ensuite éclaircis. Le paillage permet de maîtriser les mauvaises herbes et donne aux jeunes arbres les meilleures chances de s’établir et de se développer dès les premiers stades.

Les avantages de l’Agroforesterie silvoarable

L’agroforesterie sylvoarable présente de nombreux avantages par rapport à l’agriculture conventionnelle, mais elle présente également certains inconvénients dont vous devez être conscient. Après avoir considéré les deux, vous pourrez décider en connaissance de cause si l’agriculture silvoarable vous convient.

  • Amélioration du rendement en utilisant la lumière à son plein potentiel. Vous pouvez également produire du bois ou des produits dérivés du bois avec une réduction minime, voire nulle, du rendement des cultures, surtout lorsque les arbres sont jeunes et en phase de croissance. Une fois qu’ils ont atteint la maturité, le microclimat amélioré produit souvent des cultures de bien meilleure qualité avec des rendements plus élevés.
  • Un bon sol est le résultat de la présence de matières organiques. Des arbres peuvent être plantés pour fournir de la litière de feuilles. Les acacias sont un bon choix car leurs feuilles contiennent de l’azote.
  • L’agroforesterie silvoarable crée davantage d’habitats pour les oiseaux, les chauves-souris et d’autres animaux utiles vivant dans les arbres, ce qui permet de contrôler les nuisibles.
  • Les champs d’arbres créent des paysages plus diversifiés, plutôt que d’avoir un seul champ en monoculture.

Les inconvénients de l’Agroforesterie silvoarable

Certes, l’agroforesterie silvoarable un excellent moyen d’améliorer la qualité des sols et d’accroître la biodiversité, mais cette pratique présente quelques inconvénients :

  • Les arbres cultivés pour le bois d’œuvre dans des conditions de culture en couloir ont tendance à pousser de travers en raison de l’éclairage inégal. Ce problème peut être corrigé par l’élagage ou l’utilisation d’arbres nourriciers.
  • Certains agriculteurs hésitent à planter des rangées d’arbres dans leurs champs, de peur qu’ils ne les gênent. Cependant, si les rangées et les allées sont conçues en tenant compte des machines, ce n’est généralement pas un problème.
  • Les arbres occupent un espace qui pourrait être utilisé pour la culture de denrées alimentaires.
  • Il peut être difficile de faire pousser différents types de cultures sur une même zone.

Agroforesterie sylvopastorale

Dans l’agroforesterie sylvopastorale, le bétail est utilisé à la place des cultures. Les animaux mangent la matière végétale sous l’abri des arbres, laissant tomber du fumier qui améliore la production des cultures arboricoles. Dans la plupart des cas, les arbres sont délibérément introduits dans des champs ouverts ou d’autres zones où les animaux fourrageaient déjà. Ils peuvent ou non être régulièrement espacés en rangées comme c’est le cas dans l’agroforesterie silvoarable.

Les alternatives à la plantation en ligne sont la plantation en grappes, l’espacement large et même des méthodes moins courantes comme la plantation en bandes. La plantation en grappes présente de nombreux avantages par rapport à la plantation en lignes et fournit un ombrage plus localisé. Même un espacement large signifie que les arbres sont espacés de manière égale. Cela s’accompagne de quelques difficultés supplémentaires, comme les dommages causés par les animaux en quête de nourriture et les problèmes accrus de mauvaises herbes.

Les avantages de l’Agroforesterie sylvopastorale

L’agroforesterie sylvopastorale est une pratique agricole qui consiste à intégrer des arbres dans les systèmes de pâturage pour améliorer la productivité des terres et la sécurité alimentaire. Il y a plusieurs avantages à cette pratique.

Tout d’abord, l’agroforesterie sylvopastorale permet d’augmenter la productivité des terres en utilisant les arbres pour protéger les cultures et les pâturages des effets négatifs du climat, tels que la sécheresse et les tempêtes. Les arbres peuvent également améliorer la qualité des sols en augmentant la matière organique et en favorisant la fixation de l’azote.

En outre, l’agroforesterie sylvopastorale permet de réduire les coûts de production en utilisant les arbres pour fournir de l’ombre et de l’alimentation pour les animaux, ainsi que pour produire des fruits et des noix pour la vente. Les arbres peuvent également servir de barrière contre les animaux sauvages et les inondations.

Enfin, l’agroforesterie sylvopastorale contribue à la conservation de la biodiversité en créant des habitats pour les espèces animales et végétales, et en réduisant la fragmentation des habitats naturels. Il peut également aider à atténuer les effets des changements climatiques en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. En somme, l’agroforesterie sylvopastorale est une pratique agricole durable qui peut améliorer la productivité des terres, la sécurité alimentaire et la conservation de la biodiversité.

Les inconvénients de l’Agroforesterie sylvopastorale

Bien que l’agroforesterie sylvopastorale présente de nombreux avantages, il existe également certains inconvénients à cette pratique.

Tout d’abord, la mise en place d’un système agroforestier sylvopastoral peut être coûteuse et nécessiter des investissements importants en matériel et en personnel qualifié. La planification et la mise en œuvre d’un tel système peuvent également être complexes et nécessiter une bonne connaissance des arbres, des cultures et des animaux impliqués.

En outre, l’agroforesterie sylvopastorale peut entraîner des conflits entre les agriculteurs et les éleveurs qui peuvent avoir des intérêts différents en ce qui concerne l’utilisation des terres et des ressources. Les arbres peuvent également causer des problèmes de concurrence pour l’eau et les nutriments avec les cultures et les pâturages.

Enfin, il est important de noter que l’agroforesterie sylvopastorale peut ne pas être adaptée à tous les types de sols et de climats. Il peut être difficile de trouver les arbres appropriés pour un site donné, et il peut être difficile de maintenir un équilibre entre les cultures et les arbres pour éviter les problèmes de concurrence. Il est donc important de bien étudier les conditions locales avant de mettre en place un système agroforestier sylvopastoral.

L’agroforesterie, c’est quoi ?

FAQ

Qu’est-ce que l’agroforesterie ?

L’agroforesterie est une pratique agricole qui consiste à intégrer des arbres dans les systèmes de culture. Cela permet de combiner les avantages de l’agriculture et de la forêt pour créer des écosystèmes productifs et durables.

Pourquoi utiliser l’agroforesterie ?

L’agroforesterie a de nombreux avantages, tels que :
La réduction de l’érosion du sol
La lutte contre le changement climatique en augmentant la capacité de stockage de carbone des sols
La fourniture de nourriture, de bois et d’autres produits forestiers pour les populations locales
La régulation de l’eau et de l’air pour des cultures plus productives

Quels types d’agroforesterie existe-t-il ?

l existe plusieurs types d’agroforesterie, notamment :
L’agroforesterie de haies : les arbres sont plantés en bordure des champs pour protéger les cultures des vents et des intempéries.
L’agroforesterie en rangées : les arbres sont plantés en rangées entre les cultures pour fournir de l’ombre et de l’abri aux plantes.
L’agroforesterie en coussins : les arbres sont plantés en petits groupes dans les champs pour fournir des services écosystémiques.
L’agroforesterie en bouquet : les arbres sont plantés en groupes denses et mélangés aux cultures pour créer des microclimats favorables.

Comment mettre en place une agroforesterie ?

La mise en place d’une agroforesterie peut être complexe, car elle nécessite une planification et une gestion soigneuses. Les étapes clés pour mettre en place une agroforesterie comprennent :
Choisir les espèces d’arbres les plus adaptées aux conditions de votre région.
Planifier la disposition des arbres par rapport aux cultures existantes ou à venir.
Préparer le sol pour les nouvelles plantes.
Planter les arbres en respectant les distances appropriées.
Assurer la maintenance et la gestion des arbres et des cultures.

Quels sont les défis à relever pour l’agroforesterie ?

Il y a de nombreux défis à relever pour l’agroforesterie, notamment :
La planification à long terme pour assurer la durabilité des systèmes agroforestiers.
La coordination et la communication entre les différents acteurs impliqués, tels que les agriculteurs, les forestiers, les chercheurs, les gouvernements, les ONG